Portail:Révolution 1789

De Genealorraine
(Redirigé depuis Portail:Révolution)


Bonnet.jpg Portail de la révolution française

Cela ne fait qu'une vingtaine d'années que la Lorraine fait partie du royaume alors qu'éclate la Révolution. Elle n'a pas encore trouvé réellement son unité et est peu ancrée dans l'espace français ; de plus, tout oppose les deux grands pôles que sont Metz et Nancy. Parmi les députés lorrains les plus en vue au cours des premières semaines, on trouve l'évêque de Nancy, Mgr de La Fare, qui prononce le sermon de la messe d'ouverture des États généraux à Versailles le 5 mai, mais c'est l'abbé Grégoire, curé d'Emberménil, qui apparaît rapidement comme l'un des chefs de file des patriotes lorrains et l'un des ténors de la Constituante bientôt rejoint par le Messin Pierre Louis Roederer, qui le 10 août 1792 fera sortir Louis XVI et sa famille du palais des Tuileries avant l'assaut de celui-ci.

En 1790, la Lorraine donne naissance à quatre départements français : la Meurthe, la Meuse, la Moselle et les Vosges. Au même moment, des députés lorrains ont réclamé la création d'un département de "Lorraine allemande", mais cette proposition fut refusée12.

En 1793, les dernières enclaves non françaises sont annexées, la principauté de Salm, centrée à Senones dans les Vosges, et le comté de Créhange dans la Moselle. Intégré à la Moselle le 14 février 1793, le comté de Sarrewerden est finalement transféré quelques mois plus tard au département du Bas-Rhin pour former l'Alsace bossue. La petite seigneurie de Lixing est la dernière à rejoindre la France en 1795.

Si la Lorraine est encore peu attachée à la monarchie française, elle semble cependant conserver un certain retrait par rapports aux évènements et ses élus seront principalement des modérés. Le plus célèbre d'entre eux est l'abbé Henri Grégoire. Les seuls évènements notables sont les incidents de Nancy qui entrainent la mort du jeune lieutenant André Désilles le 17 octobre 1790, et l'arrestation de Louis XVI et sa famille à Varennes-en-Argonne, les 20 et 21 juin 1791.

Alors que la vente des biens nationaux est accueillie favorablement, le clergé possédant de nombreuses terres dans la région, la constitution civile du clergé est souvent rejetée, surtout dans la partie germanophone (97 % de prêtres réfractaires à Bitche). En 1791 la Moselle est le département qui compte le plus d'émigrés. En 1792, la Lorraine est envahie par la Première Coalition, qui assiège Longwy puis Verdun. Rapidement repoussés à Valmy, les contre-révolutionnaires sont alors assimilés à la domination étrangère. Malgré ses réserves politiques et religieuses, la Lorraine se rallie alors au régime Républicain et ses élus s'impliquent fortement dans les questions militaires. La Terreur restera limitée, les jacobins y seront un peu plus actifs en Meuse et en Moselle, que dans les Vosges et dans la Meurthe.


Type d'archive Nombre de sources
Justice2.png
judiciaires
3
Administration.png
administratives
1
Guerre2.png
militaires
3

Retour à l'accueil